Pass perdu ? RSS
logo

Le mag de la PS4, PS3 et VITA

Jaquette

Arslan : The Warriors of Legend

Editeur : Koei Tecmo
Développeur : Omega Force
Genre: Hack and Slash


Méconnue dans nos contrées, The Heroic Legend of Arslân est une série de romans écrite à la fin des années 80. On y suit les péripéties du jeune Prince de Pars qui doit apprendre à survivre dans un monde fait de trahison, d'esclavage et d'actes barbares. Fortes d'un background assez riche, ces nouvelles ont été adaptées en manga et anime et la dernière itération en date, signée par le créateur de Fullmetal Alchemist (Hiromu Arakawa), s'est fait particulièrement remarquée. Reprenant la structure des Dynasty Warriors, Arslan : The Warriors of Legend semble être un copier-coller des précédents épisodes de la saga. Mais en creusant, on découvre que le jeu dispose de sérieux atouts, qu'il s'agisse de sa réalisation, de son scénario et de sa mise en scène. Le courageux héritier à la chevelure blanche se révèle fort attachant.


Même si la base est celle des jeux de la série "Muso", il faut bien garder à l'esprit que l'approche est légèrement différente et que l'histoire se déroule à la manière d'un anime. Tout d'abord, le nombre de protagonistes jouable est bien plus limité et les cinématiques, entièrement doublées en japonais, sont omniprésentes. Le rendu à l'écran est particulièrement efficace, même si l'animation, volontairement hachée, ne conviendra pas à tout le monde. C'est en tout cas un vrai plaisir de suivre les traces du jeune Arslan. Au départ, le prince héritier, malmené par son père, est un peu perdu face à toutes les guerres qui éclatent autour de lui. Et puis, petit à petit, il va gagner en maturité et être rejoint dans son aventure par des guerriers expérimentés. Cette richesse dans les personnages et leurs aptitudes est l'un des points forts du jeu ! C'est d'autant plus vrai que certains individus ont vraiment des "armes", disons particulières. Entre la toile de peintre de Narsus et le oud (luth oriental) de Gieve, l'originalité est au rendez-vous !

Dynasty Warriors oblige, il ne faut pas s'attendre à une révolution au niveau du gameplay. Comme d'habitude, on incarne un personnage que l'on déplace dans une vaste zone et on passe son temps à nettoyer des champs de bataille, en prenant soin de garder un œil sur la carte des lieux. Il suffit alors de suivre les objectifs (qui consiste en grande partie à supprimer des généraux et autres capitaines) pour remporter la victoire. Très vite, on se rend compte que chacun des personnages dispose de quelques pouvoirs, qu'on peut activer grâce à la jauge prévue à cet effet, mais rien d'aussi spectaculaire que dans les précédents épisodes de Dynasty Warriors. Au contraire, les attaques standards sont assez basiques et les possibilités restent limitées. Pour donner de l'amplitude au gameplay et aux combats, les développeurs ont opté pour un système ingénieux appelé "Mardan Rush". Concrètement, il s'agit d'une zone qui apparaît sur le champ de bataille (on ne peut pas le rater, il s'agit d'une sorte de vortex bleuté) et qui offre au joueur la capacité de se joindre à des dizaines de cavaliers. Manette en main, l'impression de surpuissance est jouissive ! Plusieurs modes sont disponibles : cavalerie, infanterie et enfin archers. De quoi faire de beaux ravages dans les rangs ennemis ! Cette notion de surnombre (inspirée par la série Bladestorm), dans un jeu qui ne fait pas l'étalage des attaques spéciales, est plutôt bien vue et tranche avec ce qu'on a l'habitude de voir dans les Dynasty. Cette fois, les alliés servent vraiment à quelque chose !

Au-delà du Mardan Rush, Arslan : The Warriors of Legend reste fidèle à la saga Muso. On retrouve les sempiternels combos et il est possible, à tout moment, de switcher entre différentes armes pour gagner en efficacité. Il est aussi possible de combiner et de synthétiser l'arsenal de chaque héros avec les "Weapon Arts", afin que chaque arme soit reliée avec un élément terrestre : le feu, l'eau, etc. Toutefois, ces facultés ne s'obtiennent qu'au prix de nombreuses batailles, il va donc falloir s'accrocher ! En complément de ces aptitudes, le jeu intègre également un système de cartes à customiser, ce qui a pour effet de booster les capacités de vos guerriers. Cela peut aller de la résistance physique de votre héros à sa vitesse de déplacement, en passant par l'augmentation de sa force. Au total, il existe plus de 200 cartes, ce qui ravira les amateurs de stratégie. Face aux boss, il est parfois indispensable de briser leur garde, mais une simple accumulation de coups suffit à les faire flancher. Veillez tout de même à vous protéger, sous peine de subir une avalanche de contres ravageurs. Quoiqu'il en soit, grâce à ses quatre modes de difficulté, Arslan : The Warriors of Legend est un jeu qui reste accessible. Dommage que les textes soient entièrement en anglais.

Pour la première fois depuis longtemps dans un jeu de ce type, l'histoire est très plaisante à suivre et les combats ne prennent pas le pas sur les personnages et les évènements. Le studio Omega Force a soigné la mise en scène, ce qui permet de vivre et ressentir pleinement les doutes et douleurs de Arslan. À ses débuts, le Prince n'a que 14 ans et il fait des choix pouvant être lourds de conséquences, comme lorsqu'il aide un garçon lusitanien à fuir le château. Les épreuves auxquelles le joueur est confronté font écho au monde réel : fanatisme religieux, esclavage, trahison, poids de la monarchie... sans parler de la relation conflictuelle qu'il entretient avec son père. Le tout fonctionne vraiment pas mal ! Le jeu intègre même des scénarios originaux qui n'ont jamais été retranscrits dans l'anime, permettant d'apporter plus de densité à certains protagonistes. Bien sûr, il ne faut pas s'attendre à une intrigue très poussée mais les combats contre les boss et le charisme de certains d'entre eux (l'homme au masque d'argent) donnent un certain cachet au jeu de Koei Tecmo.

Si Arslan : The Warriors of Legend séduit, c'est aussi grâce à son enveloppe visuelle. Pour rester dans le ton de l'anime, les développeurs ont choisi la bonne vieille méthode du cel-shading. Le rendu à l'écran est franchement superbe et l'animation ne faiblit à aucun moment, ce qui est un excellent point. Les effets spéciaux sont plutôt réussis et la progression a le mérite de proposer des environnements variés, même si certains décors manquent vraiment d'inspiration et de couleurs. Sorti de là, et malgré quelques légers défauts, Arslan : The Warriors of Legend est une surprise que l'on attendait pas. Forcément, il garde ce côté répétitif inhérent aux Dynasty Warriors mais on ne peut lui enlever toutes ses bonnes intentions. Cela pourrait même donner envie à bon nombre de joueurs de se plonger dans l'œuvre originale.
L'avis de BeuZ
NOTE
PLAYZINE

8.2
10
Gameplay : 8 - Mise en scène soignée et personnages charismatiques
Durée : 8 - La formule des Dynasty Warriors est revisitée, donc une bonne durée de vie
Son : 7 - Doublages japonais réussis
Graphisme : 8 - Très réussi visuellement
Scénario : 10 - 100% fidèle au manga